Accueil > Actualités > ENSG - EPF Lausanne vers une collaboration numérique
  • Article

  ENSG - EPF Lausanne vers une collaboration numérique

Le numérique comme vecteur innovant dans la formation initiale d’ingénieurs

mardi 9 février 2016, par Pascal Barbier

Les 4 et 5 février 2016, une délégation de l’ENSG composée de Pierre-Yves Hardouin le directeur des enseignements, Serge Botton le responsable du cycle de formation des ingénieurs et Pascal Barbier le chef du département de formation à distance, rendait visite à nos collègues suisses de l’EPFL. Ceux ci, Pierre-Yves Gillieron, Bertrant Merminod et Pierre Golay, nous ont reçus très chaleureusement.

Le but de cette réunion était de concevoir une évolution de nos programmes de formation respectifs, de manière à mutualiser en 2016-2017 un module de 20 à 30 heures entre les deux établissements pour permettre à quelques étudiants d’expérimenter un laboratoire pédagogique, avant extension possible de ce dispositif.

En se basant sur des enseignements partagés de Géodésie, l’idée est de faire travailler les étudiants en groupes distants via les outils numériques en veillant à la qualité de leurs échanges et aux soins particuliers que les étudiants mettront à gérer l’utilisation des outils de communication, la gestion des calendriers, les caractéristiques techniques et réglementaires nationales différentes et la sécurisation des échanges de données. Tout cela se réalisera en mode projet (ou simili-projet).

Outre la motivation des étudiants attendue par cette nouvelle modalité pédagogique, l’idée est de les placer dans un contexte opérationnel bien connu des entreprises à l’international qui doivent gérer au mieux des collaborations entre entités fusionnées.
Cela ouvre évidemment un champ de nouveaux apprentissages pour les enseignants et les étudiants, et des champs d’expérimentation qui ne seront pas tous couverts lors de la première année d’exercice.

Nous sommes maintenant lancés dans cette aventure, et nous ne manquerons pas de vous tenir informés des développements.

Pascal Barbier.

Répondre à cet article